bouddhisme-thailande.com

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Index de l'article
Vipassana selon Mahasi Sayadaw
Méditation en marchant
Toutes les pages

2. MEDITATION EN MARCHANT.

Il y a quatre sortes de notes mentales pendant la méditation en marchant. Chaque pas est observé de très prés et avec attention comme étant un mouvement. On peut également de décomposer en deux, ou en trois mouvements ou encore en six mouvements.

2.1. Un mouvement : en marchant, on note: "pied droit…pied gauche...etc. " en gardant l'attention sur le mouvement en avant du pied et non pas sur le pied.

L'esprit ne doit pas être attaché à la forme du pied, mais au mouvement progressif du pied vers l'avant. C'est très important.

2.2. Deux mouvements: on observe le pas décomposé en: lever...baisser..; lever... baisser.. Dans ce cas, il faut être conscient du mouvement progressif du pied se levant et s'abaissant. C'est la connaissance de ce mouvement tel qu'il est, du processus mental et corporel qui forme l'objet de l'attention.

2.3. Trois mouvements: en marchant, le yogi observe la décomposition du pas en trois parties: " lever.. ..déplacer.. ...poser... ". En levant le pied, vous devez noter attentivement le mouvement ascendant du pied. Puis vous avancez votre pied lentement vers l'avant en étant pleinement attentif a mouvement, et en le baissant vous notez le pied descendant lentement.

Tous ces mouvements doivent être attentivement observés de très prés de manière à noter que lorsque le pied se soulève millimètres par millimètres vous devenez conscient de la légèreté, puis il se déplace lentement vers l'avant et enfin en s'abaissant, une sensation de lourdeur accompagne le mouvement. Lorsque vous obtenez cette perception, venus commencez à avoir une sorte de vision pénétrante dans la réalité des phénomènes.

La légèreté vient de tejo, l'élément chaleur combinée avec l'élément air ou mouvement. La lourdeur est provoquée par pathavi, l'élément terre, dureté et âpo l'élément liquide.

La connaissance et l'attention claire de ces phénomènes psychophysique est le commencement de la connaissance pénétrante dans In nature intime de la réalité telle qu'elle est.

2.4 Six mouvements: vous décomposez maintenant le pas en parties: intention de lever., lever.. .intention de déplacer..... déplacer..... intention de poser.... poser. " en commençant à lever le pied, le talon ses soulève d'abord; puis les orteils. En avançant le pied, vous savez qu'il va en avant et pas en arrière.... puis il est légèrement dévié à l'amorce de la descente. Ici aussi, il faut être attentif et clairement compréhensif concernant les phénomènes psychophysiques.

Une autre manière de noter est la suivante: "décoller.... lever..... avancer..... baisser.... toucher..... presser..... " en décollant, vous êtes attentif " au talon se soulevant, puis aux orteils. Enfin le pied se soulève progressivement puis s'avance lentement. Vous êtes attentif au moindre mouvement. Au moment de descendre vous observez le changement de direction puis la descente progressive jusqu'au contact avec le sol. " toucher... toucher... " puis afin de lever l'autre pied, vous notez la pression sur le sol : " presser...presser... "

C'est ainsi que l'on réalise la décomposition d'un pas en six parties.

3. MEDITATION DURANT LES ACTIVITES JOURNALIERES.

En tant que yogi, vous devrez pratiquer la méditation avec attention durant toutes les activités quotidiennes. C'est en dehors de la méditation assise ou en marchant. Durant la routine journalière, vous serez attentif aux petites activités et aux mouvements que vous faites en retournant à votre chambre, en ouvrant ou en fermant une porte, en faisant le lit, en pliant les draps, en changeant de vêtements, en vous lavant, en préparant le repas, en mangeant, en buvant etc... Même aux toilettes, vous ne couperez pas le fil de votre attention....

Méditer en mangeant: en voyant le repas, vous notez " voir...voir... ". En étendant la main pour prendre la nourriture, vous notez: " étendre....étendre.... ". Lorsque vous la touchez, vous dites: " toucher....toucher... ". En la prenant, vous notez: " prendre...prendre.... ". En ouvrant la bouche, vous notez: " ouvrir...ouvrir... ". En mâchant, notez: " mâcher....mâcher.... ". En goûtant, " goûter...goûter.... ". En avalant, notez: " avaler...avaler... ". Soyez donc attentif et clairement compréhensif à chaque mouvement durant toutes vos activités de la journée. Pratiquez avec foi et enthousiasme.

Les yogis obéissants et zélés souhaitant bien pratiquer, ne trouverons pas très facile d'être attentif à tous les mouvements en prenant une bouchée de nourriture. Au début ils oublieront quelques mouvements, mais ils ne doivent pas se décourager. Plus tard, le pouvoir de concentration sera plus fort et la connaissance pénétrante permettra d'être attentif à chaque mouvement.

Au début de la pratique de l'attention sur les activités quotidiennes, vous devez être attentifs aux mouvements les plus proéminents. Par exemple, si étendre le bras est plus distinct, notez: " étendre.... étendre..... ". Si c'est pencher la tête, dites: " pencher....pencher... ". Si c'est mâcher notez: " mâcher....mâcher.... ".

Vous devez être attentif à un seul mouvement à la fois. Si votre esprit est centré sur ce mouvement, il deviendra réellement concentré et alors vous pourrez pratiquer sur d'autres mouvements les uns après les autres jusqu'à ce que la concentration soit profonde. Ensuite vous obtiendrez la vision pénétrante. Le vénérable Mahâsi Sayâdaw disait que le mouvement le plus distinct à observer est la mastication. Seul la mâchoire inférieure est en mouvement. Si vous êtes attentif à ce mouvement, vous serez capable de noter: " mâcher... mâcher..... " facilement.

Les instructions pratiques pour méditer en mangeant sont maintenant bien claires.

Lorsque l'idée de vous asseoir devient distincte pour vous, notez: " intention de s'asseoir... Intention de s'asseoir.... ". Quand vous êtes assis, notez: " assis...assis.... ". Détachez bien les mouvements de la tête, des bras, des jambes etc...ressentez le poids du corps en descendant vers le sol. C'est l'élément pathavi, terre.

En vous relevant, notez également l'intention....le mental qui veut se lever est poussé par l'élément vayo, l'air, qui vous propulse vers le haut. Notez alors: " rassembler mes énergies....... supporter avec les mains.... pousser avec les jambes.... ". Ainsi vous vous trouverez debout.

Les mots utilisés pour noter ne sont qu'une aide. Ce ne sont pas la réalité. La réalité a observer c'est le mouvement lent et progressif, l'expérience intime que vous en avez. C'est cela paramattha, la réalité. En se levant, les yogis savent d'eux-mêmes qu'ils deviennent légers, ce sont les éléments tejo-vayo (feu-air)qui sont en action. Lorsqu'ils s'assoient, ils deviennent lourds. Il observent ainsi les activités des éléments pathavi-âpo (terre-eau).

Lorsqu'un yogi a réalisé la vérité au sujet de la nature réelle des phénomènes mentaux et physiques, on dit qu'il a atteint l'éveil en ce qui concerne nâma/rupa. Le mouvement est impermanent, la concentration est impermanente, le mental et le physique sont impermanents.

Tout ce qui vient à l'existence est sujet à la disparition. C'est anicca. Cette apparition et cette disparition constante et rapide de tous les phénomènes est insatisfaisante, pénible, dukkha. Comment se protéger de dukkha ? On ne le peut pas, on ne le contrôle pas, c'est anatta.

Si vous percevez la réalité profonde d'anicca /dukkha /anatta, on dit que vous avez la sagesse de samanna lakkhana, les trois caractéristiques de l'existence. Vous êtes prêt à atteindre la vision pénétrante dans la réalité.

Vous avez maintenant entendu les trois principes de base de la méditation sur l'attention. Puissiez-vous tous pratiquer avec diligence et être bientôt capable d'atteindre l'extinction du désir passionné, l'extinction de la colère et l'extinction de l'illusion et de l'ignorance ! Puissiez-vous ainsi atteindre le nibbâna que vous recherchez depuis si longtemps !



Vous êtes ici : Meditation La méditation Vipassana Vipassana selon mahasi