bouddhisme-thailande.com

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Index de l'article
Le noble sentier octuple
L'intention juste
La parole juste
L'action juste
Le moyen d'existence juste
L'attention juste
La concentration mentale juste
Toutes les pages

8

Le noble sentier octuple

Quelle est, bhikkhū, la voie menant à l'extinction de la souffrance ? C'est le noble sentier octuple de la vue juste, de l'intention juste, de la parole juste, de l'action juste, du moyen d'existence juste, de l'effort juste, de l'attention juste, de la concentration mentale juste.1

1) La vue juste (sammā diṭṭhi)

Les « vues », les « croyances », les « doctrines » conditionnent nos choix, nos buts et nos actes. Compte tenu de ces conséquences, il est nécessaire et justifié de diviser ces « vues » entre celles qui sont « justes »2 , c'est-à-dire qui reposent sur la réalité, et celles qui sont erronées, c'est-à-dire qui reposent sur une vision de la réalité déformée par le désir, l'aversion et l'illusion.
Le Bouddha souligne qu'il ne voit aucun facteur plus responsable des états non profitables et de la souffrance que les vues erronées et aucun facteur plus générateur d'états profitables et de bonheur que les vues correctes.3
La vue juste comprend deux niveaux : le premier concerne les lois qui gouvernent le progrès spirituel à l'intérieur du cycle des renaissances, les principes qui mènent aux divers états d'existence, à la souffrance ou au bonheur en ce monde ; le second concerne les principes essentiels à la libération, ceux qui mènent à l'émancipation du cycle des re-naissances.
La vue juste « mondaine » consiste en une compréhension correcte de la loi du kamma (skt. karma) ; son nom littéral est kammassakata sammādiṭṭhi, «la vue juste concernant la propriété de l'action intentionnelle».
La vue juste « supra-mondaine » consiste en une compréhension correcte du Dhamma dans son ensemble tel qu'il est résumé par les « quatre nobles vérités » :

Lorsqu'un noble disciple comprend ainsi la souffrance, l'origine de la souffrance, la cessation de la souffrance et le chemin menant à la cessation de la souffrance (…) il met fin ici et maintenant à la souffrance. A ce point, frère, le noble disciple a aussi la vue juste, sa vue est droite, il est rempli d'une ferme confiance dans le Dhamma, il atteint ce vrai Dhamma.4

Cette vue juste débute généralement par une compréhension intellectuelle des quatre vérités ; elle ne devient complète qu'avec l'atteinte de leur compréhension directe, intuitive.

La vue juste est placée en tête de l'octuple sentier parce que c'est elle qui sert de guide sur ce sentier : elle permet d'en comprendre le point de départ, le point de destination et les méandres du cheminement intermédiaire. Suivre le « noble sentier octuple » relève certes de la pratique plus que de la connaissance intellectuelle, mais la pratique correcte du sentier implique de le comprendre correctement : la compréhension juste du sentier fait donc elle-même partie du sentier.
La vue juste est ce qui lie les deux composantes du bouddhisme, la doctrine et la discipline : l'unité interne du Dhamma-Vinaya est assurée par le fait que la quatrième noble vérité, celle du chemin menant à la cessation de la souffrance est le « noble sentier octuple »… et que la première branche du « noble sentier octuple » est la compréhension des « quatre nobles vérités ».

 

1Mahāsatipaṭṭhāna-sutta (S/DĪG II/9/n°402)
2Sammā peut être traduit par « correct », « juste », « total », « complet » ou « véritable » ; le mot « juste » semble le mieux répondre à la notion de « voie médiane ».
3Dutiya-vagga (S/AṄG I/16/2)
4Sammādiṭṭhi-sutta (S/MAJ I/1/9 n°91)



Vous êtes ici : Bouddhisme Enseignements Le noble sentier octuple